Article au format texte pour impression
Le Courrier de la Nature n°249
- Septembre-Octobre 2009

voir le n° précédent - voir le n° suivant

JPG - 716.3 ko
Récif corallien de Polynésie française.
Photo Philippe Bacchet.

Sommaire

Editorial
Courrier des lecteurs
Echos-Actualité :

- Manifestation pour l’estuaire de la Seine
- Des chauves-souris menacées dans les Landes
- L’étang de Canet est sauvé (ou presque)
- Agriculture : prairies fleuries
- Application de la directive Habitats du 21 mai 1992 : la France en défaut
- Agroforesterie : la plus grande plateforme de recherche française à Beauvais
- Pesticides : vers une limitation de leur usage
- Pollution : inventaires des sites pollués aux PCB
- Energies durables : non aux équipements photovoltaïques au sol
- Littoral : 31 nouveaux sites pour le Conservatoire du littoral
- TAAF : expérimentation pour la pêche à la légine
- Bilan de la 15e conférence des Parties de la CITES.


Vie de la SNPN


- La chasse au protoptère dans le Sud-Est du Tchad par Pierre Poilecot & Aurélie Binot
- Mais, crénom de nom, la biodiversité française est avant tout outre-mer ! par Bernard Salvat
- Modifications du peuplement herpétologique dans les Antilles françaises - 1ère partie par Michel Breuil, Fortuné Guiougou, Karl Questel & Béatrice Ibéné
- Pastoralisme et biodiversité par Philippe Bruneau de Miré


La nature sous l’oeil de... la SPHN


Agenda
Les rendez-vous nature de la SNPN
Bibliographie - Lexique


Editorial

Propos sur le tard…

Afin de remplir ses objectifs statutaires de conservation de la nature, la SNPN mène de nombreuses actions. Parmi celles-ci figurent les missions remplies pour le compte de l’Etat ou de ses services, ou pour le compte de collectivités. Pour des raisons historiques les actions en faveur des zones humides dominent : gestion des réserves nationales de Camargue et de Grand Lieu, édition de Zones Humides Infos, mise en place d’un réseau des zones humides en Ile-de-France…
Pour mener à bien ces missions, la SNPN est largement subventionnée (70 à 80 %). Sauf que certaines de ces missions sont d’intérêt général et, telle la gestion de réserves naturelles, sont à la charge de l’Etat. Comme le disait Yves Bétolaud*, qui en tant que haut fonctionnaire savait de quoi il parlait : « Si l’on nous confie la gestion des réserves, c’est parce que cela coûte deux fois moins cher que si l’Etat l’effectuait directement ». En somme, qui subventionne qui, telle est la question.
Comment la SNPN peut-elle participer à ce financement ? Grâce aux bénévoles, administrateurs, adhérents, sympathisants, qui donnent de leur temps et de ce fait diminuent le coût de ces missions ; grâce aux participations financières et aux dons des personnes visitant les réserves. Mais aussi parce que certains salariés effectuent des tâches de gestion et d’administration non financées, au lieu d’assurer d’autres tâches qui le sont. Cela les empêche, par exemple, de consacrer le temps nécessaire à la réalisation du Courrier de la Nature. Vous êtes nombreux à vous inquiéter du retard de parution de notre revue. Vous en connaissez maintenant la principale raison.
Pourtant, à la SNPN comme au sein d’autres structures, publiques ou privées, certains salariés font beaucoup plus d’heures que leur contrat de travail l’exige. Sans que cela soit suffisant. Comme l’avait dit au milieu des années 80 le Pr Théodore Monod lors d’une réunion du Bureau de l’association où l’on évoquait les heures supplémentaires « bénévoles » : « Ce n’est vraiment pas la peine de protéger la nature si c’est pour exploiter les hommes ».
Si l’on en reste à cette vision des choses, nous pouvons être rassurés, la protection de la nature progresse.
M.G.

* Président de la SNPN de 1983 à 1992, Yves Bétolaud fut directeur général de l’ONF, président du PN de la Vanoise, président de l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, vice-président du conseil général du GREF.

NDLR : Le Courrier de la Nature ne pourrait exister sans ses abonnés, sans la participation bénévole des auteurs, photographes, dessinateurs et sans les donateurs qui permettent d’équilibrer son budget.

voir le n° précédent - voir le n° suivant

Portfolio : clic image
Récif corallien de Polynésie française.
Photo Philippe Bacchet.