Article au format texte pour impression
Mouillères
Une mouillère est une micro-zone humide située au sein de champs annuellement labouré. Les mouillères se forment dans des dépressions d’origine naturelle ou semi-naturelle, relativement vaste (de plusieurs dizaines à plusieurs milliers de mètres carrés), peu profondes (une dizaine de centimètre environ), aux pentes très douces. Localisées souvent dans les régions de plaines ou de plateaux, elles sont alimentées soit par la nappe, soit par la pluie et ne possèdent pas d’exutoire.
Ce sont zones humides temporaires : remplies d’eau en hiver et en début de printemps, elle s’assèche partiellement ou en totalité en période estivale. L’inondation doit toutefois durer un laps de temps significatif (plus d’un mois).
Les sols des mouillères, de texture limono-argileuse, sont très riches en éléments nutritifs et parfois légèrement acides en surface. Ces particularités favorisent le développement d’une flore typique, composée principalement d’espèces annuelles, le labour empêchant l’installation des vivaces. Certaines de ces espèces présentent néanmoins un grand intérêt patrimonial comme par exemple l’étoile d’eau (Damasonium alisma).
En Ile-de-France, une grande densité de mouillères a été répertoriée dans le sud de la région, une zone marquée par la présence de grandes exploitations agricoles (le plateau du Hurepoix, à l’ouest, jusqu’au pays de Bière, à l’est).