Article au format texte pour impression
Le Courrier de la Nature n°269
- Juillet - Août 2012

voir le n° précédent - voir le n° suivant

JPG - 80.4 ko
Jeune jardin de fourmis / Photo B. Corbara
commander ce N° ou s’abonner

NOUVEAU !


Le Courrier de la Nature fera bientôt peau neuve et vous invite à participer à son enquête. Votre avis nous intéresse !
Remplissez et envoyez-nous le questionnaire paru dans le n° 267 (mars-avril 2012) du Courrier de la Nature. Ce document est également disponible en format pdf.


Sommaire

Editorial
Vous nous avez écrit...
Echos-Actualité :

- Un atelier pour découvrir les milieux naturels au collège de Nonancourt
- Une plante carnivore nourrie par une fourmi
- Restauration de landes et tourbières en Belgique
- Le concept de « pêche équilibrée »
- Menaces de prospections pétrolières dans le Parc des Virunga
- Une opération associant scientifiques et pêcheurs dans le golfe de Gascogne
- Evolution des découvertes de nouvelles espèces animales en Europe
- Des mesures pour limiter la pollution des eaux par les nitrates
- Un programme LIFE+ pour les chiroptères méditerranéens


Vie de la SNPN


- Des plantes tropicales qui forment les mares : les broméliacées-citerne. Quand les fourmis s’en mêlent par B.Corbara, R.Céréghino, A. Dejean, A.-C. Lehours, C. Leroy, J.Orivel, L.Pélozuelo & J.-F.Carrias

lire l’introduction...

- Les sources hydrothermales. Quand les abysses fleurissent par Daniel Desbruyères

lire l’introduction...


Fiches Mares. Les incontournables des mares : les lentilles d’eau


La nature sous l’oeil de... la Société de photographie d’histoire naturelle


Agenda
Les rendez-vous nature de la SNPN
Bibliographie
Lexique


Editorial


Nos petits, demain responsables...

Alors que la nature évolue tranquillement, les voitures passent toujours plus vite sous notre nez !
Difficile d’ailleurs d’observer quelque chose à bord de ces engins. Heureusement, les rapaces apprécient les bords des autoroutes…
Notre société du « toujours plus », du « toujours plus vite » donne le tournis et revenir à la cadence lente et paisible de la nature demande, parfois, un certain exercice : sortir de la voiture, mettre des chaussures adéquates, marcher dans les ronces, écouter, regarder, sentir… et apprécier. Si cela vous paraît évident, sachez que ce n’est pas le cas pour tous, et encore moins pour nos petits citadins. D’ailleurs, encore faudrait-il avoir la même perception de la nature ; par nature n’entendez pas celle des pelouses bien trop tondues de nos parcs ! Soyez-en sûrs, il en existe une autre…
Alors, face à un tel constat, à quoi s’attendre quand il s’agit de défendre la nature ? Quand nos décideurs ont tout simplement oublié l’importance d’être en harmonie avec leur environnement ?
Prenons un exemple : une des principales menaces pesant sur la biodiversité est la fragmentation des milieux naturels empêchant ainsi le déplacement des espèces. La mise en place d’une Trame verte et bleue (TVB), outil d’aménagement du territoire destiné à lutter contre cette tendance, est un de nos engagements politiques. Quelle ambition alors que nous sommes dorénavant « déconnectés » de cette nature ! La TVB nous concerne bel et bien…
Par chance, amoureux de la nature, parents, professeurs… agissent désormais pour promouvoir cette biodiversité. La « sensibilisation » du grand public est à la mode, les initiatives sont multiples et toujours plus innovantes. Et, pour cause, il s’agit d’un pilier indispensable à la protection du vivant, nous l’avons maintenant compris.
La SNPN est elle-même, aujourd’hui comme hier, investie dans ce domaine ; elle est devenue le représentant non-gouvernemental de la CESP (Communication, Education, Sensibilisation et Participation du Public) en France dans le cadre de la convention Ramsar.
Aussi, soulignons le travail remarquable des CPIE (Centre permanent d’initiatives pour l’environnement), des CPN (Clubs Connaître et protéger la nature) auprès des jeunes et plus particulièrement dans ce numéro, p. 6, l’initiative qu’a entrepris le collège Jean-Claude Dauphin en créant un atelier scientifique et technique, constitué d’une quinzaine d’élèves impliqués dans une démarche scientifique.
Pourrions-nous envisager de développer davantage ces projets d’éveils des consciences ? A quand les cours d’écologie en primaire, au collège ?

Elodie Seguin

voir le n° précédent - voir le n° suivant

Portfolio : clic image
Jeune jardin de fourmis / Photo B. Corbara
commander ce N° ou s’abonner