Article au format texte pour impression
Le Courrier de la Nature n°277
- Septembre - Octobre 2013

voir le n° précédent - voir le n° suivant

JPG - 116.1 ko
Un dendrobate bleu. Photo Yves Thonnérieux.
commander ce N° ou s’abonner

Sommaire

Editorial
Vous nous avez écrit...
Echos-Actualité :

- Au monastère de Solan, les soeurs préservent l’écrevisse à pattes blanches
- Lancement d’Allo’Grenouille en Languedoc-Roussillon
- Suivi scientifique par satellite des baleines à bosse à La Réunion
- Vers une stratégie nationale de la mer et du littoral
- La civette palmiste menacée
- Un programme Life pour les terrains militaires
- La liste rouge des espèces menacées s’allonge
- Dans le Haut-Jura, les carrières s’associent aux CPIE en faveur des milieux pionniers


Vie de la SNPN

- Assemblée générale 2013


- Le Goéland d’Audouin (Larus audouinii) sur la base navale d’Aspretto, à Ajaccio par Bernard Recorbet (DREAL de Corse), Arnaud Le Dru (bagueur du CRBPO), Xavier Peroni (ONCFS Corse), Gilles Faggio (CEN de Corse) et Jean-Marc Matrone (Marine nationale de Corse)

lire l’introduction...

- Un champignon menace les amphibiens. Qu’avons-nous appris sur la chytridiomycose ? par Claude Miaud (UMR 5175 CEFE, Montpellier).

lire l’introduction...

- Tribune libre
Quantifier la nature par Gérard Bellan (CNRS)

- La Société d’acclimatation (1854-1939). Une origine du courant naturaliste de protection de la nature en France. 7ème partie par Rémi Luglia (Agrégé et docteur en histoire)


La nature dans les écrits de... Jules Barbey d’Aurevilly
La nature sous le pinceau de... Géraldine Theurot


Les rendez-vous nature de la SNPN
Agenda
Bibliographie
Lexique


Editorial


Loi sur la biodiversité : simplifier, mais pas trop
Au moment de notre assemblée générale à Bouaye, un avant-projet de la loi sur la biodiversité, annoncée par le Président de la République lors de la Conférence environnementale de septembre 2012, avait commencé à circuler. Il n’est pas définitif, n’ayant pas encore été adopté en Conseil des ministres, et il subira ensuite, après le passage en Conseil d’Etat et les débats parlementaires, de plus ou moins substantielles modifications. Il est donc encore temps de faire des suggestions qui pourraient d’ailleurs être nombreuses car le texte est copieux, ne comportant pas moins de six titres qui concernent la définition d’objectifs, la gouvernance, l’Agence française pour la biodiversité, l’accès aux ressources génétiques, les espaces naturels et la protection des espèces, les paysages. Dès lors, on se contentera d’une formule, qui tient en quatre mots : simplifier, mais pas trop.
Simplifier est à bien des égards une nécessité. Lorsque les institutions et les procédures sont trop lourdes, les règles enchevêtrées et, pire encore, contradictoires (cela peut arriver…), l’action publique perd l’essentiel de son efficacité. Ainsi, la création envisagée d’une Agence nationale pour la biodiversité, établissement public administratif qui se substituerait à trois organismes existants – l’Agence des aires marines protégées, l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques, les Parcs nationaux de France – c’est bien. Et peut-être pourrait-on faire mieux ? En revanche, il est également question d’unifier les régimes, c’est-à-dire la réglementation applicable aux espaces protégés : cœurs de parcs nationaux, réserves naturelles… et le texte ajoute effectivement des points de suspension. Là, nous sommes beaucoup plus réservés, si l’on peut dire, car le risque est grand que ces « réservoirs de biodiversité », qui engloberaient les actuels statuts de la protection, ne se traduisent par une édulcoration de celle-ci. On peut redouter, en effet, que les parcs nationaux ne soient alignés sur celui des Cévennes, voire sur celui des Calanques, ou que l’on généralise dans les réserves naturelles nationales, par exemple, la possibilité de chasser. Et savoir que « les modalités d’unification de ces statuts seront définies dans le cadre des Etats généraux de modernisation du droit de l’environnement », également évoqués à Bouaye, ne nous rassure pas, au contraire.
En tout cas, il ne faut pas céder à la tentation de l’uniformisation forcée, à l’illusion de croire que l’on pourrait protéger, de la même manière et avec les mêmes outils, la haute montagne et les mares de l’Ile-de-France, les dunes de la façade atlantique et les forêts bourguignonnes. Il importe au contraire de prendre en considération l’extrême variété des problématiques et la complexité de la nature, qui sont aussi sa richesse. Ce pourquoi nous nous battons.

Jean Untermaier

voir le n° précédent - voir le n° suivant

Portfolio : clic image
Un dendrobate bleu. Photo Yves Thonnérieux.
commander ce N° ou s’abonner