Article au format texte pour impression
Le Courrier de la Nature n°278
- Spécial Loup

voir le n° précédent - voir le n° suivant

Commander ce numéro (bon de commande à télécharger).
Vous pouvez également acheter ce numéro dans les librairies suivantes :

- EYROLLES, 57 boulevard Saint-Germain, 75005 PARIS, tél. : 01 44 41 11 77 (sciences) ;
- BEDI THOMAS, 28 rue des Fossés Saint-Bernard 75005 Paris, tél. 01 47 00 62 63
- DEYROLLE, 46 rue du Bac, 75007 Paris, tél. 01 42 22 30 07

Sommaire

JPG - 93.5 ko
Photo Sylvain Cordier/JACANA
commander ce N° ou s’abonner

Editorial



- Loup. D’où viens-tu ? Qui es-tu ? par François Moutou, Société française pour l’étude et la protection des mammifères (SFEPM)

lire l’introduction...

- Historique du loup en France par Jean-Marc Landry, Institut pour la promotion et la recherche sur les animaux de protection des troupeaux (IPRA)

lire l’introduction...

- Loup y es-tu ? La répartition du loup en France par Anne Lombardi et Réseau Grands carnivores Loup-Lynx/ONCFS

lire l’introduction...

- Le loup dans l’imaginaire littéraire occidental par Lucile Desblanche, Centre de recherche en traduction et études transculturelles, Université de Roehampton (Londres)

lire l’introduction...

- La gestion du loup par Anne Lombardi

lire l’introduction...

- Biodiversité et loup par Vincent Vignon, Office de génie écologique (OGE)

lire l’introduction...

- L’élevage pastoral en difficulté face aux loups par Laurent Garde, Centre d’études et de réalisations pastorales Alpes Méditerranée (CERPAM)

lire l’introduction...


Le loup dans les écrits de ... Fred Vargas
Le loup sous le pinceau de ... Claude Lasalle


Focus

- Le loup en Europe
- Protection des troupeaux


Bibliographie - Remerciements - Lexique


Editorial

Protéger à la fois le loup et les troupeaux
Le 5 novembre 1992, deux loups sont observés dans le Parc national du Mercantour, date qui marque officiellement le retour naturel du loup en France après soixante-dix ans de disparition de notre pays. Depuis, la population du canidé s’est étoffée : au sortir de l’hiver 2012-2013, l’effectif est estimé à environ 250 animaux avec un taux de croissance annuelle de l’ordre de 20 %.
La SNPN, qui se réjouit que le loup, après le lynx, soit revenu enrichir la biodiversité de notre pays, comprend néanmoins le désarroi des éleveurs, qui, pour certains, doivent faire face à des attaques récurrentes contre leurs troupeaux. C’est pourquoi notre association a toujours soutenu les différents plans d’action adoptés par l’Etat pour accompagner le retour du prédateur. Mais le dernier de ces plans, adopté en mai 2013, prévoit un nouveau mode de calcul des quotas de prélèvements, plus risqué pour la croissance de la population. Aussi la SNPN, sera très attentive aux réponses qui seront apportées aux questions à propos d’une population lupine aujourd’hui consolidée et en expansion, telles que :
- Quelle protection du bétail envisager dans les nouvelles zones colonisées par le loup, où la présence des troupeaux est permanente et les élevages souvent extensifs ?
- La France consentira-t-elle, dans ces nouvelles conditions, à poursuivre son effort financier pour accompagner l’expansion démographique et géographique du loup ?
- Dans les zones où la mise en œuvre des mesures de protection est impossible, faut-il continuer à indemniser les éleveurs qui persistent à faire pâturer leur troupeau en dépit de leur connaissance du risque ?
- Faut-il encore assouplir les conditions de recours aux tirs de prélèvement et de défense, ou les limiter davantage ?

Au-delà de ces interrogations, nous espérons sincèrement que cette nouvelle période qui s’ouvre dans la gestion du loup dans notre pays verra les organisations syndicales agricoles arrêter de stigmatiser cet animal (tout comme l’ours) l’accusant de menacer le pastoralisme en France, notamment dans les zones de montagne*. Car si l’élevage ovin de montagne est en crise, qui des prédateurs ou de l’Organisation mondiale du commerce est réellement en cause ? Pour la SNPN, il est nécessaire de trouver un juste équilibre entre loup et pastoralisme, afin que le premier puisse poursuivre son expansion géographique et démographique, dans un environnement où les éleveurs - acceptant la présence du loup et prenant les mesures nécessaires pour cohabiter avec lui - puissent continuer à vivre sereinement de leur activité. Les pages qui suivent sont là pour vous aider à vous forger votre propre opinion.

* Selon le syndicat professionnel SIFCO, regroupant les sociétés chargées de l’équarrissage en France, chaque année plus de 445 000 tonnes d’animaux morts sont collectées au sein des élevages français, dont environ 750 000 ovins, à comparer aux mortalités attribuées au loup : 7000 à 7500 pertes indemnisées au total par an !

Michel Echaubard, Secrétaire général de la SNPN


Commander ce numéro (bon de commande à télécharger).
Vous pouvez également acheter ce numéro dans les librairies suivantes :

- EYROLLES, 57 boulevard Saint-Germain, 75005 PARIS, tél. : 01 44 41 11 77 (sciences) ;
- BEDI THOMAS, 28 rue des Fossés Saint-Bernard 75005 Paris, tél. 01 47 00 62 63
- DEYROLLE, 46 rue du Bac, 75007 Paris, tél. 01 42 22 30 07

voir le n° précédent - voir le n° suivant

Portfolio : clic image
Photo Sylvain Cordier/JACANA
commander ce N° ou s’abonner