Article au format texte pour impression
Le Courrier de la Nature n°279
- Novembre - Décembre 2013

voir le n° précédent - voir le n° suivant

JPG - 125.4 ko
Senecio nivalis et Azorella aretioides / Photo Fabien Anthelme
commander ce N° ou s’abonner

Sommaire

Editorial
Echos-Actualité :

- Détruire les défenses d’éléphant pour lutter contre le braconnage ?
- Le 5e rapport du GIEC sur les changements climatiques
- Quel bilan pour la 2e conférence environnementale ?
- Non au retour des battues aux loups !
- La notion de préjudice écologique
- Feu vert pour l’exploitation pétrolière dans le Parc national équatorien du Yasuni...


Vie de la SNPN


- Les plantes nurses, des refuges pour la biodiversité dans les environnements contraints et dégradés par Fabien Anthelme, (chercheur à IRD-UMR AMAP)

lire l’introduction...

- Un outil de suivi de la biodiversité des carrières : le programme ROSELIERE par Marion Parisot-Laprun, (chargée de mission, ANVL).

lire l’introduction...

- Le sonneur à ventre jaune, un amphibien en déclin par Marie Melin, (chargée de mission, SNPN).

lire l’introduction...

- La Société d’acclimatation (1854-1939). Une origine du courant naturaliste de protection de la nature en France. 8ème partie par Rémi Luglia (Agrégé et docteur en histoire)


La nature sous l’œil de... la Société de photographie d’histoire naturelle


Agenda
Les rendez-vous nature de la SNPN
Bibliographie
Lexique


Editorial


La participation du public, une réelle plus-value pour la biodiversité
La «  dégringolade  » continue  : extinction des espèces, homogénéisation et fragmentation des milieux, grignotage progressif des espaces naturels, etc. Nos sociétés sont tiraillées, elles peinent à conserver le lien fort qui les relie à la nature malgré la mobilisation croissante en matière de biodiversité...
Ceci dit, soyons positifs en ce début d’année 2014 et parlons de nos bonnes résolutions, car de l’espoir, il y en a  ! En particulier dans l’implication et le travail effectués par toutes les bonnes volontés. Je parle plus précisément de vous, de nos enfants ou encore de tous les amoureux de la nature qui s’investissent et agissent en faveur de la biodiversité par le biais des sciences participatives. L’émergence de ces programmes date d’une vingtaine d’années, avec notamment le STOC (Suivi temporel des oiseaux communs), en 1989. Et qui ne connaît pas aujourd’hui le programme Vigie-Nature initié par le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN)  ?
Depuis, de multiples observatoires ont vu le jour et le principe reste le même  : constituer un réseau d’observateurs, mettre en place des méthodes simples et standardisées et contribuer ainsi au rassemblement d’une grande quantité d’informations. Ces dernières alimentent la réflexion, améliorent la connaissance des espèces et des habitats et permettent donc de mieux préserver notre patrimoine. Nous présentons dans ce numéro deux initiatives  : celle, en Belgique, de l’association Aves-Natagora (p. 12) et son programme «  Devine qui vient manger chez nous aujourd’hui  ?  » et celle du MNHN avec l’herbier numérique collaboratif citoyen «  Les herbonautes  ».
L’intérêt est incontestable. Pour ceux qui en doutaient encore, le recul est suffisant aujourd’hui pour considérer l’apport de ces programmes, issus de la participation de tous, débutants ou confirmés, comme étant de qualité et exploitable par les scientifiques afin de mener leur travail. Mais pas seulement  : ces outils retissent notre lien avec la nature, une adéquation essentielle si nous espérons qu’une réelle prise de conscience naisse, soit entendue et suivie.
Ces initiatives font écho aux ambitions de Robert Barbault qui visaient, entre autres, à réconcilier les humains avec la nature. Ce personnage incontournable, qui marqua l’histoire de l’écologie en France, vient de nous quitter. C’est une grande perte pour la communauté scientifique. Rendons-lui hommage, justement, en nous rapprochant encore un peu plus de notre belle nature.

Élodie Seguin

voir le n° précédent - voir le n° suivant

Portfolio : clic image
Senecio nivalis et Azorella aretioides / Photo Fabien Anthelme
commander ce N° ou s’abonner