Réserve nationale de Camargue
Réserve naturelle du lac de Grand Lieu
Contacts et services
Article au format texte pour impression
Prairies humides

La dernière ceinture, qui se trouve en quasi-totalité en dehors de la réserve naturelle nationale, est composée des prairies hygrophiles, et s’étend principalement sur le sud et le sud-ouest du lac, avec une superficie globale d’environ 1600 ha (fauchées pour 1050 ha et pâturées sur 540 ha, d’après une étude menée en 2002). Il s’y ajoute 800 ha de prairies qui ne sont pas inondés tous les hivers. Les prairies humides exondent en majorité à la cote 1,80 m Buzay et sont sèches entre la fin-juillet et novembre en général. En bien des endroits, la délimitation entre les roselières boisées et les prés-marais est relativement nette, et conditionnée uniquement par l’exploitation agricole (pâturage ou fauche). Cette limite est matérialisée par la douve de ceinture du lac entre la Boulogne et Saint-Mars de Coutais.
Le terme générique de prairie hygrophile regroupe en fait un grand nombre d’associations phytoécologiques différentes en fonction du substrat (tourbeux, sableux, alluvions...), de la qualité de l’eau (degré d’eutrophisation) et de sa profondeur et de l’exploitation pratiquée.

A lire aussi : Prairies humides dans la rubrique Habitats.

Portfolio : clic image
Photo S.Reeber/PSNPN
Les prés communaux de Saint-Lumine. La roselière boisée(à gauche) est séparée des prairies humides pâturées par la douve de ceinture.
Photo S.Reeber / SNPN
Les douves des prés pâturés de Saint-Mars