Article au format texte pour impression
Le Courrier de la Nature n°283
- Mai - Juin 2014

voir le n° précédent - voir le n° suivant

JPG - 103.8 ko
Clinosperma macrocarpa en Nouvelle-Calédonie ; photo Magali Rossi / Noé conservation
commander ce N° ou s’abonner

Sommaire

Editorial
Courrier des lecteurs
Echos-Actualité :

- A la recherche des tulipes sauvages en Pays de la Loire
- Notre-Dame-des-Landes en infraction face à l’Europe
- Façade atlantique : la restauration du cordon dunaire
- Oiseaux marins : le projet Life+ ENVOLL
- Quand les changements s’invitent dans les réserves naturelles
- Premiers bilans de la fuite d’hydrocarbures en Crau
- Un projet Life+ pour le desman des Pyrénées


Vie de la SNPN

- Assemblée générale 2014. Rapport moral de l’exercice 2013
- Les rendez-vous nature de la SNPN


- Les hydrocarbures de schiste : un nouveau pavé dans la mare de la transition énergétique, 1ère partie par André Picot (CNRS) et François Ramade (Université de Paris-Sud)

lire l’introduction...

- La forêt humide de Nouvelle-Calédonie, un patrimoine exceptionnel à protéger par Magali Rossi (Noé conservation).

lire l’introduction...

- Point de vue
Nouvelles du Pérou et de Pitunilla (2006-2014) par Pierre-Olivier Combelles (botaniste, écrivain, président de l’Institut andin d’études ethnobiologiques)


La nature observée par... Georges Lacroix


Bibliographie
A voir, à découvrir


Editorial


Une décennie du plus...

Notre association pourrait paraître solide et inébranlable avec ses 160 ans au service de la nature que nous fêtons cette année… Nombreux sont les combats relevés et je vous invite à relire le numéro spécial du 150e anniversaire de la SNPN (n° 213).
Une décennie de plus. Que pouvons-nous en dire si brièvement ?

Tout d’abord, les gens ! Car derrière les actions, derrière les réserves de Camargue et de Grand-Lieu, ou plus abstrait derrière un bilan comptable, il y a des personnes qui font et qui ont fait preuve d’une très grande énergie ! Cela n’a pas été sans peine de voir partir, durant ces dernières années, certains piliers de notre association : Marc Gallois directeur de la SNPN, Patrice Boret conservateur de la réserve du lac de Grand-Lieu, Maryvonne Dujardin secrétaire de rédaction du Courrier de la Nature et Elise Chau comptable au siège... Il a fallu trouver un nouvel équilibre !
Tous ces départs marquent évidemment un tournant dans l’histoire de notre association quand on sait que ces gens sont restés plusieurs décennies à la SNPN et qu’ils y ont consacré, pour la plupart, l’intégralité de leur carrière.

Ensuite, durant cette période, notre association a clairement renforcé sa compétence en faveur des zones humides. Si nous avions déjà un pied dans ces milieux au 150e anniversaire (la gestion des deux réserves, la publication de Zones Humides Infos, l’animation du groupe d’experts Zones humides, etc.), dix ans plus tard nous pouvons dire que nous avons de l’eau jusqu’au cou ! Reportez-vous aux extraits du rapport moral de 2013 (cf. p. 20-21) pour en juger.
Nous avons démontré notre compétence en la matière et le nombre de nos partenaires est grandissant. Ceci nous a permis notamment d’intégrer le Groupe national Zones Humides ; de devenir le représentant non gouvernemental de la CESP de Ramsar en France (communication, éducation, sensibilisation et participation du public) ; d’être membre fondateur de l’association Ramsar France (que nous accueillons d’ailleurs dans nos locaux) ; et enfin depuis sept ans, de développer différents programmes en Ile-de-France : l’inventaire des mares, la reconquête des zones humides, la préservation du sonneur à ventre jaune (cf. n° 276 p. 22 ; n° 279 p. 34 ; n° 281 p.22).

MAIS… et malgré la qualité scientifique des travaux menés par SNPN, nous ne pouvons faire abstraction des lacunes et difficultés que nous rencontrons, c’est-à-dire la baisse des adhérents et des abonnés à nos revues, une trop faible visibilité, et enfin des difficultés financières. Voilà donc les principaux défis que nous devons surmonter aujourd’hui. Si la SNPN a toujours été discrète dans ses actions et préservée financièrement grâce à de généreuses donations, eh bien les temps ont changé ! Ils sont aujourd’hui dominés par la communication et notre association va devoir s’adapter, évoluer et notamment mieux mettre en avant chacune de ses initiatives.

Elodie Seguin

voir le n° précédent - voir le n° suivant

Portfolio : clic image
Clinosperma macrocarpa en Nouvelle-Calédonie ; photo Magali Rossi / Noé conservation
commander ce N° ou s’abonner