Article au format texte pour impression
Le Courrier de la Nature n° 287
- Janvier - Février 2015

voir le n° précédent - voir le n° suivant

JPG - 69.9 ko
Phoque gris dans la baie de Somme / Photo Philippe Thiery
commander ce N° ou s’abonner

Sommaire

Editorial
Courrier des lecteurs
Dans les actualités :

Ce mois-ci, zoom sur deux projets qui menacent les zones humides françaises : celui du barrage de Sivens, dans le site remarquable du Testet, et celui d’un nouveau Center Parcs envisagé en Isère.
Menaces planant également sur les sols et leur biodiversité, sur les abeilles... Heureusement, quelques actions portent leurs fruits (centre de soins pour les loups, suivi de la migration des cétacés) et les recensements continuent (espèces végétales françaises, nouvelles espèces en Papouasie).
Deux hommages également : à Robert Barbault (grâce à un colloque organisé un an après sa disparition) et à l’un des talentueux photographes naturalistes français parti prématurément.

Vie de la SNPN
- Christian Jouanin (1925-2014). Un éminent naturaliste nous a quittés
- Christian Jouanin le conservationniste
- Jane Sabrier (1918-2014). Une fervente protectrice de la nature
- Rendez-vous nature de la SNPN


- Les phoques en France. Etat et suivi des populations par Cécile Vincent (Centre d’études biologiques de Chizé)

lire l’introduction...

- Favoriser une appétence écologique. Volet psychosocial du programme Urbanbees par Morgan Clément (psychologue social).

lire l’introduction...

- Point de vue
Agriculture industrielle versus développement durable ? par Philippe Lebreton, enseignant-chercheur en écologie, retraité de l’Université scientifique Lyon-1


La nature d’après... Laurent Zagni


Bibliographie
A voir, à découvrir


Editorial


Le danger des néonicotinoïdes

Ce numéro du Courrier attire opportunément l’attention sur un problème majeur de conservation : la nécessité de conforter les peuplements naturels d’hyménoptères pollinisateurs sauvages, car, au-delà de leur régression, se profile une disparition accentuée et généralisée de la totalité des populations d’insectes. Contrairement à une opinion répandue, les abeilles domestiques interviennent dans la pollinisation de seulement une partie minoritaire des espèces de plantes cultivées (ainsi, jusqu’à 80 % de la pollinisation des cultures est assurée par des espèces d’hyménoptères autres que les abeilles domestiques. En effet, chez de nombreuses plantes, comme la "langue" des abeilles domestiques est trop courte pour les butiner, la pollinisation est le fait de bourdons et de bien d’autres espèces d’apoïdes sauvages)… Les lépidoptères, certains diptères, et quelques coléoptères sont aussi des pollinisateurs.
En réalité, la question du déclin des abeilles et des autres espèces d’hyménoptères apoïdes n’est pas récente (cf. le n° 196 « Spécial Abeilles » du Courrier de la Nature, paru en 2002). Ainsi, le nombre de ruche en France est passé de plus de 2 millions en 1994 à 640 000 en 2014 !
Cependant, bien que la disparition des pollinisateurs soit un problème plurifactoriel, il est actuellement établi qu’elle est hautement corrélée avec la mise sur le marché, au milieu des années 1990, d’un nouveau groupe chimique d’insecticides, celui des néonicotinoides*, constitué de dérivés synthétiques de la nicotine. Ces néonicotinoides ont la propriété de passer du sol dans la sève des plantes et sont de puissants neurotoxiques dont le temps de résidence dans les sols peux excéder deux années. La dangereuse écotoxicité de ces substances tient en ce que, à des doses très faibles, elles font perdre le sens de l’orientation aux abeilles domestiques – et aux femelles d’hyménoptères apoïdes sauvages – qui ne retrouvent plus leur nid.
A ce propos, une Task Force internationale d’experts a été créée en 2010 sous forme d’ONG à la fondation de laquelle nous avons participé et où nous représentons la SNPN. Son objet est d’obtenir de la part de l’Union européenne et d’instances multilatérales l’interdiction totale de ce groupe d’insecticide qui, outre les pollinisateurs, menace à terme la biodiversité du monde des insectes et des oiseaux qui en dépendent. N’oublions pas que plus de la moitié des espèces aviennes sont en grande partie, voire entièrement, de régime insectivore…

François Ramade

voir le n° précédent - voir le n° suivant

Portfolio : clic image
Phoque gris dans la baie de Somme / Photo Philippe Thiery
commander ce N° ou s’abonner