Article au format texte pour impression
Trafic d’ivoire brut : les ONG alertent la Commission européenne et les ministres de l’Union européenne.
Le 24 mars 2015, au nom de 41 ONG internationales et françaises dont la SNPN, l’association Robin des Bois envoie le courrier au Commissaire européen en charge de l’environnement et à tous les ministres de l’Union Européenne en charge du trafic des espèces menacées d’extinction. Ce courrier demande à l’Union Européenne et à tous ses Etats-membres de suspendre toute exportation d’ivoire brut. Il s’avère en effet que les décisions unilatérales prises par le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Suède et la France sont inopérantes dans la mesure où les défenses d’éléphant vendues aux enchères peuvent éventuellement quitter l’Union Européenne à partir d’un des pays n’ayant pas pris une décision analogue.

Mesdames et Messieurs les ministres de l’Union Européenne en charge de la CITES, M. Karmenu Vella, Commissaire européen pour l’Environnement, les Affaires Maritimes et les Pêches,

Des dizaines de milliers d’éléphants sont braconnés chaque année pour approvisionner en ivoire le marché asiatique. La plupart des pays de l’aire de répartition déploient des efforts considérables pour protéger les éléphants. Au même moment, le commerce de l’ivoire se développe au sein de l’Union Européenne, en faisant le premier exportateur d’ivoire dit pré-convention au niveau mondial. Ces exportations en augmentation ont pour principale destination finale la Chine. Elles entretiennent la demande en ivoire et accélèrent ainsi le braconnage.
Certains pays membres de l’Union Européenne comme le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Suède et la France ont déjà décidé de suspendre toute exportation d’ivoire brut. En raison du marché commun européen, ces décisions positives resteront insuffisantes tant qu’elles ne seront pas prises dans tous les pays de l’Union. En effet, la vente d’une demi-tonne de défenses le 7 mars 2015 en France a prouvé que les salles de ventes aux enchères et autres intermédiaires proposent ouvertement aux clients asiatiques de faire transiter les ivoires bruts dans les pays de l’Union Européenne d’où l’exportation reste permise.
Les exportations d’ivoire présumé légal depuis l’UE en augmentation et insuffisamment contrôlées contribuent à alimenter une demande insatiable en ivoire et un marché largement illégal en Chine et dans d’autres pays asiatiques. L’Union Européenne et la communauté internationale s’accordent pourtant à dire que la demande en ivoire doit être réduite de manière urgente pour sauver les dernières populations d’éléphants. De plus, des certificats émis par des pays membres de l’UE sont susceptibles d’être réutilisés dans les pays d’importation pour blanchir de l’ivoire d’éléphants braconnés. Par exemple, les défenses vendues récemment en France sont destinées à être transformées en ivoire travaillé ; ces transformations empêcheront de vérifier que les articles finaux correspondent aux informations du certificat (poids et courbure de la défense par exemple).
L’Union Européenne a déjà publié des lignes directrices interdisant les re-exportations de la plupart des cornes de rhinocéros après avoir reconnu leurs rôles dans l’augmentation du trafic illicite et du braconnage. Des mesures similaires sont urgentes pour les éléphants.
Par conséquent, les 41 Organisations Non Gouvernementales signataires vous prient instamment de suspendre toute exportation d’ivoire brut et de soutenir une position commune de l’Union Européenne à ce sujet lors du Comité sur le commerce de faune et de flore du 10 avril.
En février 2014, l’Union Européenne a signé la déclaration de Londres et s’est engagée à agir pour éradiquer l’offre et la demande en produits illégaux de faune et de flore. La prochaine conférence ministérielle de Kasane au Botswana sera une nouvelle occasion pour la communauté internationale d’exprimer sa détermination à lutter contre la criminalité faunique. Sans nul doute l’arrêt des exportations d’ivoire brut depuis l’Europe est une action urgente nécessaire et pragmatique qui réduira les marges de manoeuvres des trafiquants et contribuera à la protection des éléphants.
En vous remerciant de votre attention, nous vous prions de croire, en l’expression de nos salutations respectueuses.

Contact : Robin des Bois, Charlotte Nithart, rue de l’Atlas 75019 Paris - France, c.nithart@robindesbois.org

Les ONG signataires :
Robin des Bois, Charlotte Nithart, France
Prowildlife, Daniela Freyer, Allemagne
Amboseli Trust for Elephant, Dr. Cynthia Moss, Kenya
Animals Asia, Jill Robinson, Hong Kong
Animal Defenders International, Jan Creamer, Royaume-Uni
Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS), Marc Giraud, France
Awely, Des animaux et des hommes, Renaud Fulconis, France
Born Free Foundation, Adam Roberts, Royaume-Uni
The David Sheldrick Wildlife Trust, Rob Brandford, Kenya
The David Shepherd Wildlife Foundation, Rosalind Reeve, Royaume-Uni
ElephantVoices, Dr. Joyce Poole and Petter Granli, Norway / USA
Elephant Action League, Andrea Crosta, USA
Eastern Caribbean Coalition for Environmental Awareness (ECCEA), Lesley Sutty, France
Environmental Investigation Agency (EIA), Mary Rice, Royaume-Uni
Environmental Protection & Education Association (EPEA), Dr Mohammed Ismail, Egypte
Ecologie sans frontière, Franck Laval, France
Fondation Brigitte Bardot, Christophe Marie, France
Fondation Franz Weber, Vera Weber, Suisse
Fondation 30 Millions d’Amis, Reha Hutin, France
Friends of the Elephant (Vrienden van de Olifant), Rob Faber, Pays-Bas
Gallmann Memorial Foundation, Kuki Gallmann, Kenya
Hong Kong for Elephants, Alex Hofford, Hong Kong
Humane Society International, Teresa Telecky, USA
International Fund for Animal Welfare (IFAW), Céline Sissler-Bienvenu, France
L214, Brigitte Gothiere, France
Ligue pour la Protection des Oiseaux, Allain Bougrain-Dubourg, France
Lilongwe Wildlife Trust, Jonathan Vaughan, Malawi
Mille Traces, Jean-Marie Ouary, France
OSCAP (Outraged South African Citizens Against Rhino Poaching), Allison Thomson, Afrique du Sud
Pan African Wildlife Conservation Network, Pat Awori, Kenya
Performing Animal Welfare Society, Catherine Doyle, USA
Planète Tigre, Frédéric Geffroy, France
Rettet die Elefanten Afrikas e.V, Daniela Köstner, Allemagne
Save The Elephants, Dr. Iain Douglas-Hamilton, United Kingdom / Kenya
Société Nationale de Protection de la Nature (SNPN), Jean Untermaier, France
Sens Afrique Solidaire, Delphine Thibaut, France
Species Survival Network (SSN), Will Travers
WildAid, Peter Knights, USA
Wildlife Conservation Society, Dr Susan Lieberman, USA
Wildlife Friends International, Edwin Wiek, Pays-Bas
Wildlife Friends Foundation Thailand, Edwin Wiek, Thailand