Article au format texte pour impression
Eléphants : réduire le trafic d’ivoire

A l’initiative de Robin des Bois, la SNPN et 36 autres ONG à travers le monde ont adressé le 20 janvier 2015 un courrier à Madame Royal, Ministre chargée de l’Ecologie, lui demandant d’interdire la vente en France et l’exportation depuis la France d’ivoire brut et débité (à télécharger ici).
Le trafic d’ivoire est en nette augmentation et la France a malgré tout une part de responsabilité… Effectivement, le contrôle du commerce n’étant pas infaillible, il se trouve que de l’ivoire braconné s’introduit dans les circuits « légaux » suite, par exemple, à la falsification de certificats délivrés par les autorités françaises. L’arrêt en France du commerce et de l’exportation d’ivoire brut et débité constitue donc une nécessité pour préserver l’espèce dont les effectifs reculent chaque année. Suite à ce courrier, Madame Royal a convoqué l’ensemble des signataires à une réunion le 28 janvier. Notre demande a en partie été écoutée puisque la Ministre a décidé de mettre un terme aux exportations d’ivoire brut en demandant une coopération des Etats membres de la Commission européenne.
Dans cette lancée, et ce, toujours à l’initiative de Robin des Bois, 41 ONG dont la SNPN ont donc adressé, le 28 mars dernier, une demande en ce sens aux différents ministres de l’Union Européenne en charge de la CITES (à télécharger ici). Effectivement, si certains pays membres de l’Union Européenne comme l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni et la Suède ont décidé de suspendre toute exportation d’ivoire brut, il est indispensable que cette décision soit prise par tous les pays. A ce jour, nous attendons les retombées de ces courriers…
Nous espérons que l’Union européenne tiendra prochainement un discours unanime et déterminé afin qu’à terme, soit adoptée la mesure primordiale et nécessaire pour sauver ce remarquable pachyderme : le retour en Annexe I de la CITES de toutes les populations d’éléphants !

A lire aussi sur le même sujet :

Trafic d’ivoire : 37 ONG pointent la France
Trafic d’ivoire brut : les ONG alertent la Commission européenne et les ministres de l’Union européenne

Documents : clic icone
type : PDF
taille : 623.2 ko
type : PDF
taille : 509.1 ko
Télécharger la dernière version d'Adobe Reader