Article au format texte pour impression
Le Courrier de la Nature n° 288
- Mars - Avril 2015

voir le n° précédent - voir le n° suivant

JPG - 1.5 Mo
Les pieds dans la mare dans la forêt domaniale d’Angervilliers. Photo Anne-Sophie Salmon / SNPN
commander ce N° ou s’abonner

Sommaire

Editorial
Courrier des lecteurs
Dans les actualités :

Dans ce numéro-ci, les zones humides sont à l’honneur : inquiétude du Directeur général de l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse à propos de leur avenir en France, le marais de Tartuguière et sa cistude d’Europe, le nettoyage du canal Centre-Crau, la gestion des étangs piscicoles, les récifs coralliens de la baie de Fort-de-France en Martinique, le projet Life Tourbières du Jura, un accord cadre pour protéger les zones humides méditerranéennes, la campagne suisse "Des gouilles pour les grenouilles"...
Mais il est aussi question du trafic d’ivoire, des colonies de frelons, des rapaces, des Réserves naturelles nationales et Parcs naturels régionaux.

Vie de la SNPN
- Le patrimoine naturaliste en danger à Montpellier
- Chasse : Ségolène Royal est les oies
- Les actualités des réserves naturelles de Camargue et du lac de Grand Lieu
- Rendez-vous nature de la SNPN


- Du diagnostic à l’opérationnalité. Deux ans d’actions pour la préservation durable des zones humides franciliennes par Benjamin Bricault et Valérie Guittet (Chargés de mission, SNPN)

lire l’introduction...

- Le grand tétras. Pour qu’il ne soit plus un souvenir par Françoise Preiss (Groupe Tétras Vosges) et Pierre Athanaze (Groupe Tétras France).

lire l’introduction...

- Point de vue
Les jeunes prennent la plume par Stéphanie Hémery, SNPN


La nature sous la plume de... Luis Sepulveda
La nature dans l’oeuvre de... Alexandre Gantelet


Bibliographie
A voir, à découvrir


Editorial


A voir le contenu de ce numéro, j’étais partie pour consacrer cet éditorial aux zones humides. Quoi de plus mérité pour ces milieux longtemps honnis et malmenés et aujourd’hui toujours menacés malgré les mesures de protection dont ils peuvent faire l’objet ! Quoi de plus juste que de rappeler à quel point la SNPN se préoccupe – et depuis longtemps – de ces zones humides : en Île-de-France aujourd’hui (cf. p. 25-31), en Camargue et à Grand Lieu depuis que ces réserves ont été créées (cf. p. 24-25), en France en général par sa participation au groupe d’experts zones humides depuis 1992, au niveau international par son implication dans le projet MAR dans les années 1960 et la convention internationale de Ramsar… Cette convention qui tiendra au mois de mai sa 12e conférence des Parties. Conférence à laquelle la SNPN devait participer - en tant que représentant non gouvernemental du volet CESP (Communication, éducation et sensibilisation du public) de la politique de Ramsar en France -, mais ne participera finalement pas, restrictions budgétaires obligent ! Ces mêmes contraintes financières qui amènent le ministère en charge de l’environnement à nous confier toujours plus de missions dans ce domaine (reconnaissant en cela notre expertise et notre savoir-faire), sans les fonds supplémentaires nécessaires à leur réalisation.
C’est pourquoi, face à cette page initialement blanche, j’ai finalement décidé de ne pas (ou presque) parler de zones humides, mais plutôt de ceux qui, directement ou indirectement, nous aident à les protéger. Il s’agit de nos adhérents, des donateurs ou de ceux qui nous quittent en léguant à la SNPN tout ou partie de leurs biens. Et puis il y a ceux – parfois les mêmes - qui donnent de leur temps pour nous aider dans nos missions, comme les bénévoles de l’inventaire des mares d’Ile-de-France (cf. p. 27)…
Mais pas seulement, car la protection de la nature requiert des compétences qu’on n’imagine pas… Les legs dont nous avons la chance de bénéficier sont parfois constitués de biens immobiliers, que nous nous devons de mettre en vente. Mais ces biens immobiliers sont rarement vides et il nous faut organiser leur débarras. Sans quelques courageux bénévoles, ces tâches, bien loin de nos préoccupations initiales, auraient un coût conséquent : autant de moins à consacrer à la nature et ses zones humides.
Ces bénévoles aujourd’hui ce sont Michel, Charles, Maryvonne, Sabrina, Anne-Marie, Toufik…
Merci à eux pour les zones humides qu’ils ont dessinées sur leur chemise !

Anne Lombardi

voir le n° précédent - voir le n° suivant

Portfolio : clic image
Les pieds dans la mare dans la forêt domaniale d’Angervilliers. Photo Anne-Sophie Salmon / SNPN
commander ce N° ou s’abonner