Article au format texte pour impression
Guyane : les tortues marines contre un projet immobilier
Alertée par l’association Maïouri nature Guyane, la SNPN se mobilise contre un nouveau projet immobilier littoral qui porte atteinte aux milieux naturels et aux espèces qui y sont associées.

 

 

L'emplacement du futur projet immobilier / Photo Maïouri Nature Guyane

 

 

 

Le 23 février 2015, la SNPN a été alertée par l’association MaÎouri Nature Guyane du dépôt au service de l’Urbanisme de Cayenne, par un promoteur immobilier, d’une demande de permis de construire un grand immeuble de standing en bordure de la plage de Bourda. Le Mont Bourda, espace boisé classé, est un des rares lieux où la forêt plonge directement dans l’océan. Dernier maillon de la trame verte de cette partie du littoral très urbanisée, la parcelle concernée par le projet est plantée de palmiers moucaya et borde un site de ponte de tortues marines : des tortues luths et surtout des tortues olivâtres, espèces inscrites sur la liste rouge de l’UICN.
Sept mois après le dépôt, en janvier 2015, le service concerné n’avait toujours pas statué sur cette demande de permis. Or, après six mois d’attente et sans réponse de l’administration, le promoteur pouvait considérer que l’accord visé par sa demande était tacitement accepté. Ce promoteur, par constat d’huissier, a alors posé un panneau de travaux sur le site.
La SNPN, qui n’a jamais négligé le territoire guyanais dans ses préoccupations, s’inquiète d’une nouvelle atteinte à la nature. En effet, ce projet immobilier littoral nous paraît contraire à l’article R.146-6 du Code de l’urbanisme qui stipule : « En application du premier alinéa de l’article L.146-6, sont préservés, dès lors qu’ils constituent un site ou un paysage remarquable ou caractéristique du patrimoine naturel et culturel du littoral, sont nécessaires au maintien des équilibres biologiques ou présentent un intérêt écologique : les dunes, les landes côtières, les plages et les lidos, les estrans, les falaises et les abords de celles-ci ; les forêts et zones boisées proches du rivage de la mer […] ».
Quant aux tortues marines, l’arrêté du 14 octobre 2005 fixe la liste des espèces protégées sur le territoire national et les modalités de leur protection (JORF du 06/12/2005) en interdisant « […] sur tout le territoire national et en tout temps la destruction, l’altération ou la dégradation du milieu particulier des tortues marines […] ».
La SNPN a souhaité appuyer ce combat ultramarin pour faire respecter le code de l’urbanisme, la loi Littoral et l’arrêté de protection des tortues marines en envoyant au maire et au préfet une lettre de contestation argumentée (à télécharger ici), pour laquelle nous n’avons reçu, à ce jour, aucun accusé de réception, ni aucune réponse ! Affaire à suivre…

Pour en savoir plus : site de l’association Maïouri nature Guyane et prochainement, dans le n° 289 du Courrier de la Nature , un article de Jacques Fretey.

Documents : clic icone
Guyane. Courrier au Préfet 150316
type : PDF
taille : 1.1 Mo
Télécharger la dernière version d'Adobe Reader