Article au format texte pour impression
Le Courrier de la Nature n° 299
- Septembre - Octobre 2016

voir le n° précédent - voir le n° suivant

JPG - 591.3 ko
Spatule blanche. Photo Erwan Balança
commander ce N° ou s’abonner

Sommaire

Editorial

Courrier des lecteurs

Dans les actualités :

Le calme de la montagne ? Ours et loup ne risquent pas de le savourer tout de suite. Pas de répit non plus pour les oies, qui risquent leurs plumes même après la fermeture de la chasse. Bonne nouvelle cependant : certains luttent pour leur protection, et obtiennent des résultats !
Continuons dans le positif : des carrières font la part belle à l’écologie et l’Aquarium de La Rochelle accueille des tortues marines en détresse. La campagne pour la protection des éléphants bat son plein : les réseaux sociaux s’animent et disent NON au commerce de l’ivoire !
Un grand bond au-dessus de l’océan nous fera profiter du soleil des Antilles et de leurs eaux... pas si turquoise, car envahies de façon inquiétante par les sargasses : le point sur la situation et les conséquences de ce phénomène.

Vie de la SNPN
Mares : des grenouilles otages dans une affaire de voisinage
Zones humides : un nouveau partenariat en Seine-et-Marne
Hubert Gillet : une exposition en préparation
Hommage à Luc Hoffmann
Les réserves nationales gérées par la SNPN

Les rendez-vous nature de la SNPN


- Le retour du bouquetin. Réintroduction dans les Pyrénées par Jean-Paul Crampe (Parc national des Pyrénées), Jordi Estebe et Yannick Barascud (PNR des Pyrénées ariégeoises), Georges Gonzalez (INRA) et Michel Clouet (Nature Midi-Pyrénées).

lire l’introduction...

- Le lac de Grand-Lieu et ses oiseaux d’eau. De territoire de chasse à réserve naturelle par Fanny Pacreau (anthropologue libéral "Enquête d’ordinaire", chercheur associé au Centre nantais de sociologie).

lire l’introduction...

Point de Vue
La nature dans les zones de conflits armés. Le cas de la Syrie, par Samira Mobaeid (chercheuse en écologie MNHN, Centre d’écologie et des sciences de la conservation (CESCO, UMR 7204), équipe "Socio-Ecosystèmes")


La nature sous la plume de... Antoine Choplin
La nature dans l’oeuvre de... Catherine Chaillou


Bibliographie
A voir, à découvrir


Editorial


Peace & Love

Un tel titre d’éditorial aurait sans doute aussi pu trouver sa place dans notre précédent numéro qui arborait un plantureux coco-fesse – graine callipyge – en couverture et dévoilait les terribles méfaits du commerce illicite d’aphrodisiaques naturels sur de nombreuses espèces de faune et de flore. Une guerre sans merci contre la nature !
Dans ce numéro, il est question de l’impact des conflits armés sur les milieux naturels et les espèces qu’ils abritent : surexploitation des ressources, destruction des milieux, pollutions, érosion des sols… Un parmi tant d’autres, l’exemple est pris ici en Syrie (cf. p. 42-45). Plus près de nous – bien que plus éloigné dans le temps – de nombreux espaces naturels français gardent des séquelles de la Première Guerre mondiale. Ainsi de la zone rouge*, établie en 1918, dont persistent encore aujourd’hui quelques portions, parfois toujours interdites au public, comme en forêt de Vimy (Pas-de-Calais), les sols n’étant pas encore nettoyés ni déminés ! Lorsque tombent les armes, la nature – parfois aidée par l’Homme – finit généralement par renaître de ses cendres, souvent avec un autre visage. Les « forêts de guerre », comme celle de Verdun (Meuse), où 36 millions d’arbres seront plantés en huit ans, ont remplacé les forêts préexistantes, mais aussi les bocages, champs et villages détruits, là où le niveau de pollution et les risques d’explosion étaient trop importants. Ailleurs, les trous creusés par les obus ont laissé la place à une multitude de mares parfois très accueillantes pour la biodiversité, comme en forêt d’Andaine (Orne)…
De mares justement, il en est également question dans ce numéro (cf. p. 18-19). De mares, d’amour et d’une petite guerre de voisinage. Les amours, ce sont celles – certes peut-être un peu exubérantes – de quelques grenouilles et crapauds d’un village de Gironde. La guerre, c’est celle déclarée par un voisin aux propriétaires de ce lieu de débauche, au prétexte que cette sérénade bien naturelle lui casserait un peu les oreilles ! Et moi c’est un autre refrain qui me vient à l’esprit dans ce combat pour la Nature que nous menons, la fleur au fusil : « La guerre au vent, l’amour devant grâce à des fleurs des champs »** !

Anne Lombardi

* Nom donné en France à environ 120 000 ha de champ de bataille de la Première Guerre mondiale où, à cause de dégâts majeurs sur le milieu et en raison de la présence de quantité de cadavres et de munitions non explosées, certaines activités ont été provisoirement ou définitivement interdites.
** Le pouvoir des fleurs, Laurent Voulzy (paroles Alain Souchon), 1992.

voir le n° précédent - voir le n° suivant
Portfolio : clic image
Spatule blanche. Photo Erwan Balança
commander ce N° ou s’abonner