Article au format texte pour impression
Lancement de la 1ere édition nationale de la Fête des mares

Jardin naturel du 20ème arr. de Paris. Photo Elodie Seguin / SNPNUne météo pluvieuse voire orageuse, quelque peu contrariante pour les organisateurs, mais qui aura valu la sympathie des participants : « Il pleut, il mouille, c’est la fête à la grenouille ! ». Un petit refrain réconfortant et à un ciel finalement dans le ton de la thématique du jour !
La SNPN a organisé en effet la journée de lancement de la Fête des mares le samedi 28 mai au Jardin naturel du 20e arrondissement avec ses partenaires c’est-à-dire la Mairie de Paris, le Pôle-relais « mares, zones humides intérieures et vallées alluviales », l’Association pour la sauvegarde des animaux sauvages et la Société herpétologique de France.

Plus de 150 personnes sont venues découvrir les activités proposées tout au long de la journée : des ateliers pédagogiques autour de la mare pour les jeunes, deux expositions sur les amphibiens et de la documentation sur le sujet. Un public qui a eu le plaisir d’assister ensuite à la représentation de la pièce de théâtre « Les Crapauphiles », proposée par la Compagnie des Tardigrades. « L’histoire folle d’Angeline, d’Herbert et de leur crapaud Michel. Une découverte théâtralisée d’un habitant prestigieux des marais… » : le pélobate ! Le spectacle était suivi d’un « quiz » sur les mares et les espèces qui s’y trouvent. Ludique et instructif, ce moment d’échange aura permis de fouiller un peu plus le sujet et d’introduire parfaitement la conférence donnée par Françoise Serre-Collet, herpétologue au Muséum national d’histoire naturelle. Sa présentation intitulée « Le sexe, la nuit, chez les amphibiens » détaillait avec humour et rigueur scientifique la reproduction de différentes espèces. Les clichés présentés étaient tout simplement épatants et je ne doute pas que certains d’entre eux soient uniques ! Il a fallu certainement des heures de patience (et de passion) à Mme Serre-Collet pour arriver à photographier ces moments insolites de la reproduction des batraciens. Une chose est certaine, les crapauds ne sont pas de grands romantiques !
La journée se voulait festive et conviviale… Mission réussie à en croire l’émerveillement perceptible dans les yeux de certains !

Elodie Seguin