Article au format texte pour impression
Naissance de la Réserve Nationale de Camargue en 1926
Dès 1926, la SNPN jetait les bases de ce qui allait devenir la plus célèbre réserve de France et l’une des plus fameuses d’Europe, la Réserve Nationale de Camargue qui pendant près d’un demi-siècle fut connue sous la dénomination de réserve zoologique et botanique de Camargue

Les deux adjectifs indiquant clairement le but premier et la permanence des objectifs de la SNPN. Lorsque le Conseil de l’Europe institua un diplôme particulier pour honorer les réalisations les plus prestigieuses dans le domaine de la conservation de la nature, la Réserve de Camargue fut la première à qui il attribua la nouvelle distinction (1967), de même que le Conseil international de coordination du programme MAB de l’UNESCO la retint, dès 1975, comme réserve de la biosphère.

Peu d’années après l’établissement de la Réserve de Camargue , la SNPN fondait les réserves de Néouvieille dans les Pyrénées et du Lauzanier dans les Alpes. A l’inverse de la réserve de Camargue, la gestion de ces deux réserves n’appartient plus à notre association, mais il est important de souligner que l’une et l’autre sont, de nos jours, au coeur de parcs nationaux, respectivement le parc national des Pyrénées occidentales créé en 1967 et le parc national du Mercantour créé en 1979. L’institution de ces deux parcs atteste le discernement dont avait fait preuve la SNPN dans le choix de ses points d’effort.

Orientations scientifiques
Formulé dès 1935, l’exposé des motifs dans le règlement des réserves de Néouvieille et du Lauzanier est un véritable manifeste où sont clairement énumérées et définies les orientations de la SNPN et ses intentions d’activité : protéger la faune et la flore, c’est bien sûr le mobile d’origine, fondamental, mais il s’y ajoute le souci de conserver intact l’aspect d’une portion de montagne, là pyrénéenne, ici alpine, qui associe à la conservation du milieu l’esthétique du paysage et sa compréhension, le souci de "développer le goût et le respect de la nature" véritable programme d’éducation du public, sans l’adhésion duquel ne peut être assurée à long terme la sauvegarde de la nature et pour qui d’ailleurs elle est menée, enfin "les recherches scientifiques et pratiques se rapportant à la nature" qui sont mises en oeuvre et poursuivies dans toutes les réserves de la SNPN. Sans l’étude du fonctionnement et de l’économie de la nature, c’est-à-dire de l’écologie, il ne saurait y avoir de mesures conservatoires utiles : elle apporte aux décideurs les étais de leurs choix.

Les actes des réserves sont régulièrement publiés dans la Terre et la Vie et témoignent de l’intense travail scientifique coordonné par la SNPN, tandis qu’un autre organe de la SNPN, le Courrier de la Nature , destiné à un public plus large, assure la liaison avec les adhérents et les tient au courant des initiatives et de l’actualité.

Portfolio : clic image
Observatoire à la Capelière, Réserve de Camargue