Article au format texte pour impression
La faune
Les oiseaux - Les mammifères - Les insectes - Les reptiles - Les batraciens

Les oiseaux

La Plaine des Maures est classée Zone d’importance communautaire pour la conservation des oiseaux (ZICO) et Zone de protection spécial (ZPS). 23 espèces sont concernées par la directive « oiseaux » de 1979 (annexe I), 39 figurent dans le Livre rouge des espèces menacées en France (1983) et 30 sur la liste rouge des oiseaux nicheurs dans la région PACA (1992) ; 93 espèces sont signalées à l’annexe II de la Convention de Berne.

Plusieurs espèces méritent d’être mentionnées en raison de leur rareté en France ou dans la région et/ou de l’importance de leur population nicheuse dans la plaine. Il s’agit d’espèces prestigieuses comme le rollier (la Plaine des Maures est avec la Crau, un des meilleurs sites provençaux pour cet oiseau), le guêpier (également très bien représenté), l’hirondelle rousseline, les pies-grièche écorcheur ou grise, le circaète. Quelques espèces, plus courantes en France, représentent ici des effectifs remarquables : l’engoulevent, le martin-pêcheur, le loriot, le bruant ortolan, etc. La Plaine des Maures serait le seul site de nidification du grèbe huppé dans le Var.

Les mammifères

Les mammifères sont très discrets dans la Plaine des Maures mais cependant présents : 10 espèces de chauves-souris, hérisson d’Europe, pachyure étrusque, musaraigne musette, musaraigne des jardins, muscardin, fouine, blaireau, etc. 23 espèces figurent dans le livre rouge des espèces menacées en France. Toutes les espèces de chauves-souris sont protégées par la législation française (loi de 1976) ainsi que le hérisson d’Europe et l’écureuil roux.

Les insectes

La diversité des milieux, la qualité des groupements végétaux entraînent la présence des insectes originaux et très variés. Dans les milieux aquatiques, accueillant plusieurs dizaines d’espèces, on rencontre le très rare coléoptère Eretes stiticus. Les berges sont riches en staphylins, carabes et libellules (dont Oxygastra curtisii). La fraîcheur des feuillus, bordant les ruisseaux, abrite quelques espèces originales (le longicorne Phytococia cylindrica).

Dans les pelouses et le maquis bas les coléoptères sont plus rares mais les orthoptères (criquets, sauterelles) sont très abondants (dont Omocestus raymondi et Saga pedo, protégé l’échelle nationale), on y trouve également le grand fourmilion, peu fréquent en Provence, et la mante religieuse aptère. Enfin, le chêne-liège abrite plusieurs dizaines d’espèce de coléoptères spécifiques ou rares (Prinobius scutellaris, Quedius ventralis, Q. aetolicus, etc.).

Les reptiles

Ils sont particulièrement bien représentés dans la plaine. Parmi les espèces typiquement méditerranéennes figurent la tortue d’Hermann, fréquentant les sous-bois denses et les abords des ruisseaux, la tortue mauresque (introduite), le lézard ocellé (très grand lézard des milieux ouverts), le psammodrome hispanique dans des zones sablonneuses dénudées, le seps strié que l’on trouve dans les pelouses denses, la coronelle girondine, la couleuvre à échelons et la couleuvre de Montpellier.

Parmi les espèces à répartition médio-européenne on note la tortue cistude (seule tortue aquatique indigène de France), l’orvet ( rare en région méditerranéenne), le lézard vert, le lézard des murailles, la couleuvre d’Esculape, la couleuvre vipérine, la couleuvre à collier. Trois de toutes ces espèces, subissent une très forte régression en France et trouvent dans la Plaine des Maures leur dernier refuge. Il s’agit de la tortue d’Hermann qui a souffert des incendies, de la raréfaction des lieux de ponte (milieux ouverts bien exposés) et du ramassage, suivie de la tortue cistude et du lézard ocellé.

Les batraciens

Outre les espèces courantes, comme le crapaud commun, la rainette méridionale, la grenouille verte, on rencontre dans la plaine le crapaud calamite, hôte des zones sablonneuses ; le pélodyte ponctué, petit crapaud des mares et zones humides ; le pélobate cultripède dont les pieds sont munis d’épaississements cornés lui permettant de s’enfouir dans le sable ; la grenouille agile qui fréquente les milieux humides mais nage peu volontiers. Les deux dernières espèces sont très localisées en Provence.

Retour en haut de page