Article au format texte pour impression
Les mesures de protection

ZNIEFF : En 1987 la Plaine des Maures a été inscrite dans l’inventaire des ZNIEFF (Zone naturelle d’intérêt écologique floristique et faunistique) de type I. Ce statut souligne sa richesse biologique mais reste néanmoins descriptif : il n’a pas de portée juridique et n’offre aucun moyen d’étude, de gestion ou de protection.

PIG : Lancé en 1998, reconduit ensuite en 2001, 2004 et 2007, le PIG (Projet d’intérêt général) a été destiné de modifier les plans d’occupation des sols conformément aux impératifs de protection. Ces modifications devaient concerner 17290 hectares couvrant l’essentiel de la Plaine des Maures et une partie du piémont des Maures. En réalité ces modifications ont été très ponctuelles, et leur intérêt pour la protection de la tortue d’Hermann s’est avéré très faible. Par ailleurs, le PIG n’a pas empêché une extension de la décharge de Balaçan sur 7 hectares (site n°3) et il n’a guère été efficace dans le projet de la LGV PACA puisque tous les tracés proposés passent par la Plaine des Maures.
Le PIG est une mesure provisoire destinée à préparer les mesures administratives définitives (arrêté de biotope, réserve naturelle).

Natura 2000 : L’objectif de Natura 2000 est de favoriser la biodiversité (les espèces végétales et animales ainsi que leurs habitats) dans l’Union européenne tout en permettant le maintien de l’activité humaine sur les sites. Cette démarche est basée sur la définition des sites naturels - Zones spéciales de conservation (ZSC), Sites d’importance communautaire (SIC) et Zones de protection spéciale (ZPS) - en s’appuyant sur deux directives : Habitats (1992) pour les ZSC et SIC et Oiseaux (1979) pour les ZPS. Ces sites devaient à terme constituer un réseau européen Natura 2000. Pour répondre à une obligation d’établir « des plans de gestion spécifiques aux sites » la France a choisi une démarche originale : élaborer pour chaque site un plan de gestion dénommé « document d’objectifs » (DOCOB). Lors du lancement de Natura 2000 en France, en 1996, l’Etat français a désigné 37 sites pilotes, dont la Plaine des Maures, appelés à devenir des ZSC avec les DOCOB comme outil de gestion. Actuellement, deux sites Natura 2000 sont définis dans la Plaine des Maures (SIC FR9301622 « Plaine et le Massif des Maures » au titre de la directive Habitats et ZPS FR 9310110 « Plaine des Maures » au titre de la directive Oiseaux). La Plaine des Maures devient en 2005 une ZSC de 6237 ha. L’élaboration du document d’objectifs commun aux deux sites a été achevée en 2006.
La démarche Natura 2000 apparaît comme une mesure d’accompagnement dans une gestion durable et respectueuse de l’environnement. Néanmoins, elle ne propose pas d’actions concrètes de protection.

La conservation de la tortue d’Hermann et de ses habitats est un des 10 objectifs du site Natura 2000 de la Plaine des Maures : il englobe près de 60% des zones à densité moyenne et forte de tortue, mais n’offre pas assez de garanties dans les zones viticoles, là où les bois intersticiels présentent une très forte densité de population. C’est tout le dilemme de la tortue d’Hermann : facile à protéger là où elle est peu présente, difficile dans les meilleurs biotopes.
Les mesures de protection de cette espèce appliquées depuis une vingtaine d’années se sont averées insuffisantes pour stabiliser les populations à long terme et enrayer le processus d’extinction. Face à ce constat alarmant il est apparut justifié de mettre en place un Plan national d’actions pour la tortue d’Hermann destiné à sauvegarder l’espèce sur le territoire français. Ce plan a débuté en novembre 2009 et s’appliquera jusqu’au 2014.
Par ailleurs, depuis le 1er janvier 2010 et pour une durée de 60 mois, l’Agence régionale pour l’environnement (ARPE) coordonne un nouveau programme européen Life+ Nature pour la conservation des populations françaises continentales de tortues d’Hermann et de ses habitats.

APPB : L’arrêté préfectoral de protection biotope (APPB) est une mesure souple et rapide qui est destinée à sécuriser localement un milieu abritant une espèce protégée et compléter d’autres mesures de protection existantes. Ainsi, un APPB du 10 mars 2006 porte sur la création d’une zone de protection de 358 ha, sur les communes du Luc-en-Provence et du Cannet-des-Maures, au lieudit de « Saint-André – La Pardiguière ». Ce secteur présentait une forte densité de tortues mais était exclu des périmètres du site Natura 2000 et de la réserve naturelle. L’objectif principal de cet APPB est de renforcer la protection réglementaire de ce territoire en tant que biotope naturel de la tortue d’Hermann afin de contrôler l’extension de la zone industrielle et commerciale, légalisée sur ce secteur.

Réserve naturelle : Le statut de réserve naturelle nationale est en France le statut le plus fort : il confère une reconnaissance maximale au patrimoine naturel d’un site. Le projet d’une réserve naturelle dans la Plaine des Maures a germé depuis près de 20 ans. En 2009, il a abouti, enfin, à la création de la Réserve naturelle nationale de la Plaine des Maures, d’une superficie de 5276 ha et se répartissant sur 5 communes : Le Luc-en-Provence, Les Mayons, Le Cannet-des-Maures, La Garde-Freinet et Vidauban.
La région PACA, qui présente la plus grande diversité d’espèces de France continentale, compte très peu de réserves nationales. Celle de la Plaine des Maures est la première pour le département du Var (et 163ème au niveau national) ; elle détient aussi le record de France métropolitaine des milieux et espèces figurant sur les listes de protection au niveau régional ou national.