Un milieu naturel remarquable
Plaine des Maures : joyau de la Provence

Située dans le département du Var, la Plaine des Maures couvre une surface d’environ 10 000 hectares, dont la moitié seulement, le noyau central, est encore préservée de l’urbanisme et du développement rural. Ce milieu exceptionnel mais fragile, constitué de plusieurs types d’écosystèmes interdépendants, abrite une flore et une faune particulièrement riches.*

Une géomorphologie originale

La Plaine des Maures, s’étend sur une surface de dix kilomètres sur vingt. Elle sépare le massif des Maures au sud, des premières collines de la Provence calcaire au nord. La très grande originalité de cet espace naturel est due à la nature de son sol, siliceux, compact, dont la surface présente une faible déclivité favorisant un écoulement superficiel des eaux. Sous l’effet de ce drainage, le socle permien - des dalles rocheuses de grès rose, des pélites rouges, de rhyolite amarante - se désagrège en sable et argile bien visibles.

L’imperméabilité du sol explique l’existence d’un réseau hydrographique aux mailles très serrées. Ce réseau alimente de septembre à juin l’Aille, affluent de l’Argens, traversant la plaine du sud-ouest au nord-est. La retenue des Escarcets (14 ha) est un milieu humide artificiel, créé en 1969 dans le cadre de la lutte contre les incendies.

Ce substrat est le support d’une flore méditerranéenne caractéristique dont la diversité s’explique par des conditions pédologiques et hydrologiques particulières. Le site offre également différents habitats à la faune d’une richesse remarquable.

Le sol peu fertile de la plaine n’a pas permis une valorisation importante. Cela ne veut pas dire que l’action de l’homme a été nulle. Dans le passé, on devait y exploiter le liège et le pin maritime ; dans les milieux plus ouverts les troupeaux étaient probablement assez importants, des parcelles étaient consacrées à une culture diversifiée (vigne, olivier, céréales) qui a laissé la place progressivement à une monoculture de la vigne.

Les activités traditionnelles déclinant, la plaine acquiert peu à peu un statut d’espace vierge. Cette évolution remarquable contraste avec la fragmentation de l’espace qu’a connue l’ensemble de la dépression permienne, y compris la Plaine des Maures, sous la pression du développement de l’habitat et des infrastructures (voir les dossiers La décharge de Balançan, Le golf du Bois de Bouis, La LGV PACA, Le Centre Michelin)

*Les articles de cette rubrique sont rédigés principalement sur la base de l’article de Thomas Hermans paru dans le n° 142 (nov.-déc. 1993) du Courrier de la Nature et du dossier « Plaine des Maures et tortue d’Hermann. Synthèse sur les enjeux environnementaux de la Plaine des Maures vis-à-vis de la tortue d’Hermann » préparé par T.Hermans, correspondant régional de la SNPN, pour la 25ème réunion de la Convention de Berne (2005).


Bibliographie


Articles publiés dans Le Courrier de la Nature (voir Bon de commande) :

n°115 (juillet-août 1988), pp.16-21, « Le centre de repeuplement des tortues d’Hermann », Bernard Devaux

n°142 (nov.-déc. 1993), pp.24-29, « La Plaine des Maures », Thomas Hermans

n°146 (juillet-août 1994), pp.16-22, « Plaine des Maures : aménager ou préserver ? », Anne Berthomier

n°153 (sept.-oct. 1995), pp.8-9, « Le transfert du projet Michelin en dehors de la plaine des Maures est acquis »

n°159 (sept.-oct. 1996), p.14, « Plaine des Maures : réunion d’adhérents », « Golf de Bouis à Vidauban »

n°164 (mai-juin 1997) pp.16-17, « Golf de Bouis à Vidauban : la SNPN saisit le tribunal de grande instance à Draguignan »

n°211 (mars-avril 2004), pp.16-17, « Golf du Bois de Bouis : le combat juridique continue »

n°212 (mai-juin 2004), pp.16-18, « Les tortues ont eu raison du golf immobilier… 18 ans après »

n°218 (mars-avril 2005), pp. 9-11, « Convention de Berne. Le loup et la tortue d’Hermann en question », Alain Zecchini.

n°222 (sept.-ovt. 2005), pp.24-31, « Ligne à grande vitesse dans le Var : impacts inacceptables pour le milieu naturel », Thomas Hermans

n°223 (nov.-déc. 2005), p.18, « La décharge de Balaçan : en quête d’une solution », « Projet LGV PACA : un tournant décisif »

n°229 (sept.-oct. 2006), p.21, « La décharge de Balançan : rencontre SNPN – Préfet du Var »

n°231 (jan.-fév. 2007), p.18, « LGV PACA »

n°232 (mars-avril 2007), pp.18-19, « Convention de Berne. Temps couvert sur la biodiversité », Alain Zecchini

n°233 (mai-juin 2007), pp.18-23, « Plaine des Maures. Abrogation d’une ZAC de plus de 1000 ha dans la plaine des Maures », Robert Giraudo

n°237 (janvier-février 2008), p.18 "Balaçan, 15 ans de plus ?"

n°245 (janvier-février 2009), p.3 "Réserve de la Plaine des Maures : un nouveau défi"

n°245 (janvier-février 2009), p.20 "Plaine des Maures : reconnaissance par la Cour de cassation de l’action de la SNPN et classement en réserve naturelle"

n°249 (septembre-octobre 2009), p. 16 "Un jugement en faveur de la collectivité"

n°251 (novembre-décembre 2009), p.6 "Plans nationaux d’action. Tortue d’Hermann et iguane des petites Antilles"

n°251 (novembre-décembre 2009), pp.18-19 "Présentation des dépenses à engager dans le cadre de la Plaine des Maures"

n°252 (janvier-février 2010), pp.34-41, "Plaine des Maures : la délicate mise en place de la réserve naturelle nationale", Thomas Hermans & Robert Giraudo

Vous pouvez lire dans "Un milieu naturel remarquable"

• Le(s) article(s) suivant(s)
· La faune
· La tortue d’Hermann
· Les formations végétales
· Les mesures de protection